Le plan Marshall, ce mythe qui ne veut pas mourir

par José Niño (5 mai 2020)

Photo par Chris Hall sur Unsplash

Certains mythes politiques ont la vie dure.

Les classes dirigeantes nous rappellent constamment que l’aide internationale serait cruciale pour faire sortir hors de la pauvreté les pays en voie de développement. Avec la baguette magique de la dépense publique, il suffirait d’envoyer de l’argent aux pays en voie de développement pour les libérer de leur torpeur économique. Cette histoire a déjà été entendue à l’échelle nationale, lorsque des politiciens ont soutenu des plans de transfert de richesse, dans l’intention affichée d’“investir” dans des régions des États-Unis qui se trouvaient économiquement aux abois. Vu la pente universaliste de la politique américaine, la logique redistributive nationale est inévitablement transposée au niveau international.

Le mythe de l’aide internationale perdure à travers les références constantes des politiciens au plan Marshall, source d’inspiration pour tous les nouveaux projets d’aide internationale. Le plan Marshall était le programme de soutien économique aux pays d’Europe occidentale après la Seconde guerre mondiale. Selon l’opinion commune, la capacité de l’Europe à rebondir après le désastre de la Seconde guerre mondiale est largement due aux dépenses d’assistance du plan Marshall, qui se sont élevées à plus de 100 milliards (exprimés en dollars 2018).

Continuer la lecture de « Le plan Marshall, ce mythe qui ne veut pas mourir »

Pour éviter l’effondrement de la zone euro, l’Europe tend à devenir un super-État

par Frank Hollenbeck (2 mai 2020)

Photo par Micah Williams sur Unsplash

Le président français Macron a récemment envoyé un tir de sommation en direction de la gouvernance européenne. Il a déclaré qu’à moins de rendre tous les pays de l’Union européenne mutuellement responsables des dettes de chacun de ses membres, l’U.E. pourrait s’effondrer. En mars, Christine Lagarde a demandé aux ministres des Finances de la zone euro d’envisager l’émission ponctuelle et coordonnée de “coronabonds” pour accompagner la lutte contre la pandémie de coronavirus. Mais cette proposition a suscité l’opposition de l’Allemagne et des autres pays d’Europe du Nord, qui ne souhaitent pas être responsables des dettes des États les plus dépensiers de l’U.E.

Avant la crise, l’Italie avait un ratio dette/P.B.I. de 135%. Bien qu’elle ait eu plus d’une décennie pour réduire sa dette après la crise de 2008, l’Italie n’a cessé de repousser la résolution de ce problème. Sans troubles graves ni révolte des électeurs, les politiciens ne prendront jamais la dette au sérieux et leurs pays échoueront immanquablement à la réduire.

Continuer la lecture de « Pour éviter l’effondrement de la zone euro, l’Europe tend à devenir un super-État »

La crise du COVID-19 met l’Union européenne au bord du précipice

par Philipp Bagus (25 avril 2020)

Photo par Imelda sur Unsplash

La zone euro est une gigantesque machine à redistribution monétaire. Différents États indépendants peuvent financer leurs dépenses au moyen de déficits qui sont monétisés, directement ou indirectement, par une unique planche à billets. Plus précisément, la Banque centrale européenne (B.C.E.) peut acheter des obligations d’État de la zone euro directement auprès des acteurs du marché, ou les accepter comme garantie à ses prêts, ce qui, en pratique, augmente la masse monétaire. Par cette monétisation, un État peut faire porter une partie du coût de son déficit sur les citoyens d’autres États de la zone euro, à travers une baisse du pouvoir d’achat de l’euro. Cette situation ressemble beaucoup à une tragédie des biens communs. La ressource qui est ici mise en commun est le pouvoir d’achat de l’euro, exploité par différents acteurs. Ces acteurs sont les États de la zone euro. Ils émettent des dettes, ce qui entraîne une augmentation de la masse monétaire. En entretenant un déficit supérieur à celui de ses voisins, un État de la zone euro peut vivre à leurs dépens.

Continuer la lecture de « La crise du COVID-19 met l’Union européenne au bord du précipice »