Pourquoi les monnaies numériques de banque centrale sont une mauvaise idée

par Tomas Forgac (30 novembre 2020)

Photo par Niv Singer sur Unsplash

On essaie de nous vendre les monnaies numériques de banque centrale (central bank digital currencies, CDBC) comme une façon de protéger les consommateurs qui, de plus en plus, font des paiements avec d’autres moyens que l’argent liquide. Mais certains observateurs préviennent que payer sans argent liquide nous privera des avantages des espèces quant à la vie privée, tout en nous exposant aux risques de paniques bancaires, de dysfonctionnements des réseaux de paiement et de manœuvres hostiles d’entités étrangères.

Même si ces risques sont réels, ils seraient négligeables si les interventions sur le marché n’étaient pas aussi nombreuses de la part des banques centrales et des régulateurs financiers. Les monnaies numériques de banque centrale ne feront qu’aggraver ces interventions ; et elles en rendront possibles de toutes nouvelles, et beaucoup plus dangereuses.

Continuer la lecture de « Pourquoi les monnaies numériques de banque centrale sont une mauvaise idée »

Non, Hayek n’a pas soutenu le régime Pinochet

par J. Edward Britton (15 mai 2020)

En histoire, les idées fausses restent fausses, même si on les répète souvent. Après tout, les idées légendaires ont le pouvoir de captiver ceux qui sont déjà idéologiquement convaincus, et avec une efficacité que l’histoire véritable ne saurait atteindre. Une de ces idées fausses, que les critiques progressistes du marché libre se sont souvent appropriée, est le lien supposé entre le régime de Pinochet et le célèbre économiste autrichien Friedrich Hayek. Une analyse historique rationnelle des termes mêmes de Hayek permet de réfuter l’affirmation selon laquelle il aurait été un ami de Pinochet, dès lors qu’on fait l’effort de ne pas se contenter de remarques informelles, et qu’on s’attache à une véritable recherche universitaire.

Continuer la lecture de « Non, Hayek n’a pas soutenu le régime Pinochet »

La liberté individuelle doit prévaloir, même si les guerriers du COVID disent l’inverse

par Patrick Barron (2 mai 2020)

Photo par Graeme Nicholl sur Unsplash

De 2009 à 2012, j’ai assuré à l’université de l’Iowa un cours d’introduction à l’école autrichienne d’économie. Le premier jour, je disais à mes étudiants que l’école autrichienne modifierait la façon dont ils voient le monde, pas seulement d’un point de vue économique, mais d’un point de vue plus général. Plus rien ne leur apparaîtrait de la même façon. Ils apprendraient à penser par eux-mêmes et à ne plus céder à la propagande de l’État, aux médias de masse ni aux opinions mal assurées de leurs amis et connaissances. Bien sûr, cela ne leur assurerait pas un très grand succès dans les soirées !

Individualisme méthodologique contre collectivisme

Je leur expliquais que la science économique est un sous-ensemble de la science de l’action humaine. Toute action est individuelle, subjective et vise un certain but.

Continuer la lecture de « La liberté individuelle doit prévaloir, même si les guerriers du COVID disent l’inverse »

Pour éviter l’effondrement de la zone euro, l’Europe tend à devenir un super-État

par Frank Hollenbeck (2 mai 2020)

Photo par Micah Williams sur Unsplash

Le président français Macron a récemment envoyé un tir de sommation en direction de la gouvernance européenne. Il a déclaré qu’à moins de rendre tous les pays de l’Union européenne mutuellement responsables des dettes de chacun de ses membres, l’U.E. pourrait s’effondrer. En mars, Christine Lagarde a demandé aux ministres des Finances de la zone euro d’envisager l’émission ponctuelle et coordonnée de “coronabonds” pour accompagner la lutte contre la pandémie de coronavirus. Mais cette proposition a suscité l’opposition de l’Allemagne et des autres pays d’Europe du Nord, qui ne souhaitent pas être responsables des dettes des États les plus dépensiers de l’U.E.

Avant la crise, l’Italie avait un ratio dette/P.B.I. de 135%. Bien qu’elle ait eu plus d’une décennie pour réduire sa dette après la crise de 2008, l’Italie n’a cessé de repousser la résolution de ce problème. Sans troubles graves ni révolte des électeurs, les politiciens ne prendront jamais la dette au sérieux et leurs pays échoueront immanquablement à la réduire.

Continuer la lecture de « Pour éviter l’effondrement de la zone euro, l’Europe tend à devenir un super-État »

Nous ne savons pas encore si la crise du COVID-19 sera inflationniste ou déflationniste

par Michael J. Hoffman (28 avril 2020)

Photo par Malcolm Lightbody sur Unsplash

J’ai écrit récemment sur les implications économiques du COVID-19 et sur les effets qu’il aura sur l’économie. Le débat est vif pour savoir si ce choc d’approvisionnement entraînera obligatoirement une inflation, ou si la demande agrégée chutera et causera donc une déflation. Mon opinion est qu’aucune de ces deux hypothèses ne se réalisera dans son sens habituel — il ne s’agit pas ici pour moi de prédire l’issue finale, mais simplement d’illustrer la complexité de la monnaie et de ses effets sur les prix. Ce « choc du coronavirus » évoque ce que j’ai appelé le kaléidoscope monétaire.

Cette formule vient d’une métaphore employée par l’économiste autrichien Ludwig Lachmann, où il compare les formes toujours changeantes de l’activité économique aux formes apparemment aléatoires et imprévisibles qu’on peut voir dans un kaléidoscope. À son avis, c’est une erreur de croire que l’économie tend toujours vers un équilibre, et que des forces contre-balançantes soient toujours à l’œuvre. Il est vrai que dans une économie complexe il y a beaucoup de variables en jeu, et l’une des variables les plus difficiles à comprendre est celle de la monnaie et de ses effets sur la structuration des prix.

Continuer la lecture de « Nous ne savons pas encore si la crise du COVID-19 sera inflationniste ou déflationniste »

La crise du COVID-19 met l’Union européenne au bord du précipice

par Philipp Bagus (25 avril 2020)

Photo par Imelda sur Unsplash

La zone euro est une gigantesque machine à redistribution monétaire. Différents États indépendants peuvent financer leurs dépenses au moyen de déficits qui sont monétisés, directement ou indirectement, par une unique planche à billets. Plus précisément, la Banque centrale européenne (B.C.E.) peut acheter des obligations d’État de la zone euro directement auprès des acteurs du marché, ou les accepter comme garantie à ses prêts, ce qui, en pratique, augmente la masse monétaire. Par cette monétisation, un État peut faire porter une partie du coût de son déficit sur les citoyens d’autres États de la zone euro, à travers une baisse du pouvoir d’achat de l’euro. Cette situation ressemble beaucoup à une tragédie des biens communs. La ressource qui est ici mise en commun est le pouvoir d’achat de l’euro, exploité par différents acteurs. Ces acteurs sont les États de la zone euro. Ils émettent des dettes, ce qui entraîne une augmentation de la masse monétaire. En entretenant un déficit supérieur à celui de ses voisins, un État de la zone euro peut vivre à leurs dépens.

Continuer la lecture de « La crise du COVID-19 met l’Union européenne au bord du précipice »

Les banques centrales et la crise qui vient : de la déflation à la stagflation

par Daniel Lacalle (22 avril 2020)

Photo par Robert Metz sur Unsplash

Dans le monde entier, les gouvernements et les banques centrales répondent à la crise pandémique par trois types de mesures :

  • des injections massives de liquidités et des baisses de taux d’intérêt, visant à soutenir les marchés et le crédit ;
  • des mesures fiscales sans précédent, destinées à fournir des prêts ou des aides à l’économie réelle ;
  • des mesures de dépense publique massive, en particulier sous forme de dépenses courantes et de soutien.

Ces mesures peuvent cependant entraîner des problèmes plus profonds que ceux qu’elles sont censées résoudre.

Continuer la lecture de « Les banques centrales et la crise qui vient : de la déflation à la stagflation »